Les mécanismes inconscients de la relation avec votre cheval

Les mécanismes inconscients de la relation avec votre cheval

Je discute régulièrement avec Candice. Pour être honnête, nous parlons tous les jours. Depuis un certain temps maintenant, elle me suit et m’accompagne à la fois dans mon développement mais également dans la relation avec mon cheval. Elle remet les choses « à leur place ».

J’avais beaucoup d’interrogations quant à son approche : un certain nombre de chose que je ne comprenais pas, mon mental s’efforçant de mettre son approche dans un moule pour en faire une méthode, une recette. Mais ce n’en est pas une. En réalité, il s’agit de revenir en conscience, de s’ancrer dans notre présent, d’être présent à chaque instant.

Pour la petite histoire, j’ai décidé il y a quelques temps d’arrêter les concours (de CSO ndlr). J’ai changé d’écurie, changé ma manière de travailler, je me suis mise à sauter « à l’occasion », je n’ai plus vraiment d’objectif. Très rapidement, j’ai commencé à m’ennuyer sans vraiment vouloir me l’avouer. Et, j’avais cette sensation que mon bel Electron, lui aussi s’ennuyait  , je le trouvais terne en fait. J’en ai parlé à Candice en lui disant que mon cheval s’ennuyait, que je le trouvais assez passif, pas très partant pour travailler…

Je me souviendrais toujours de sa réponse : « Est-ce que c’est lui qui est passif et qui s’ennuie ou est-ce que c’est toi ? Est-ce que tu es en conscience quand tu vas aux écuries ? Est-ce que tu es vraiment là ?».

J’ai pris le temps de réfléchir à sa question, qui m’a un peu déboussolé je l’admets. Je ne m’attendais pas à ça. Le lendemain, je suis arrivée aux écuries avec des exercices et un objectif et mon cheval n’était plus le même, il était redevenu « vif, intéressé par le travail, l’œil coquin ».

Je crois que j’ai compris beaucoup de choses à ce moment-là. La signification d’être en conscience, de l’ancrage, de mon propre poids dans ma relation avec mon cheval.

J’ai demandé à Candice de rédiger une série d’articles pour partager son savoir. Celui-ci est donc le premier d’une (longue ?) série visant à nous recentrer ; à la fois nous en tant qu’humain et cavalier mais également dans notre relation avec notre cheval.

Un immense merci à Candice, d’avoir accepté ce beau partenariat et de nous dévoiler son approche.

« Notre corps sait tout de nous »

Revenir à la base de notre savoir universel pour être en conscience.  

Chacun de nous est doté de ce potentiel. Être en conscience demande de prendre soin de nous et une foi absolue en notre nature et à la vie.

Être en conscience, grâce à notre corps. Notre corps sait tout de nous. C’est notre guide intuitif. C’est lui qui est notre maison.Notre corps est notre ancrage.

Si ce n’est pas le cas, alors il y a du ménage à faire à l’intérieur !

« Le mental ne comprend pas un tiers de notre conscience »

Notre éducation, la société, nous ont appris à écouter notre mental.

Or le mental ne comprend pas un tiers de notre conscience : il ne va retenir qu’une seule chose.

Par exemple si vous voyez votre cheval et qu’il a un brin de paille dans les crins, vous n’allez retenir que cela.  Or votre conscience vous en dira bien plus sur lui.

La fonction première du mental est de traduire et non de créer, conscientiser. Sans notre conscience, il ne peut créer, renouveler, avancer. Il ne peut pas produire de nouvelles choses.

C’est le mental qui veut mettre une méthode, une technique, des codes, des artifices, pour contrôler une situation, une relation, etc…Et ne pas nous mettre réellement face à l’autre. Nous voulons maîtriser et non vivre la situation. C’est notre EGO (mental qui est contenté).

La relation en quelques mots

La relation c’est un intérêt développé par les deux parties. Une volonté d’écoute de l’autre ; dans ce cas, il y a construction de la relation.

Une incompatibilité de relation existe lorsque l’un ou les deux parties ne veut pas avancer. Dans ce cas la relation ne peut exister.

C’est le cas dans la relation humaine et la relation Homme-cheval.

Comprendre le corps humain et le corps cheval

Un peu de théorie pour comprendre les différents corps qui nous entourent et leurs définitions.

LE CORPS HUMAIN

CORPS PHYSIQUE : Permet d’utiliser nos sens. Mise en réalité de notre foi.

CORPS ETHERIQUE : estime de soi, foi

CORPS EMOTIONNEL : les émotions négatives créées par le mental : colère, tristesse, peurs, etc

Une émotion signifie que nous ne sommes pas en conscience mais dans une limite. Cela affecte les sens, la réalité. Notre personnalité prend le dessus. Exemple : je suis timide ; croyance que vous êtes comme cela. Si une situation vous demande de sortir de votre timidité -par exemple- pour rassurer un cheval vous vous bloquez ; résultat : vous déclenchez une émotion de colère : vous vous en voulez de ne pas y être arrivé.

Il est possible de ne plus être dans une émotion.

CORPS MENTAL : jugements, croyances, limites. Chercher à tout comprendre, contrôler, maitriser.

CORPS CAUSAL : le savoir. Les nœuds familiaux : schémas familiaux qui nous enferment dans notre personnalité.

Il y a un équilibre à trouver dans tous ces corps.

Par exemple, lorsqu’un corps mental prend trop d’importance, nous sommes dans une « prise de tête ». On tourne en rond. Nous ne sommes plus dans la foi, nous n’avons plus d’estime de nous « je ne me sens pas capable de… », « je me sens inutile… », « je n’y arriverais jamais… ».

LE CORPS CHEVAL

CORPS PHYSIQUE : ce pourquoi il sent la douleur

CORPS ÉTHÉRIQUE : sa propre énergie vitale : plus ses besoins sont satisfaits mieux son énergie vibre

CORPS CAUSAL : en relation avec son environnement. Il sait.

 

Tous ces corps ont une densité énergétique. Vous pouvez la comparer au poids d’une pensée positive ou négative. Cela à bien un impact sur nous et sur notre physique (mal de tête, fatigue cérébrale, mal au ventre…) ?

Cette densité énergétique va également avoir une répercussion sur notre entourage. « Les émotions sont contagieuses ».

Le corps humain et le corps cheval sont en relation, ils interagissent tout le temps. C’est la raison pour laquelle, il nous est nécessaire, nous humains, de bien équilibrer les corps afin de pas affecter le cheval.

Exemple : si le corps mental de l’humain est trop en avant : prise de pouvoir sur la relation et le cheval va se mécaniser.

Si le corps émotionnel est trop rempli, alors le cheval va être affecté physiquement et va le montrer dans son comportement.

Quelques précisions

La personnalité est ce qui découle de l’éducation « limitante », celle qui enferme. Même si cela peut paraître rassurant -avoir une personnalité bien établie – ce n’est pas ce que vous êtes.

Les traits de personnalité sont autant d’excuses pour ne pas faire ou réussir : « oui mais je suis sensible », « je suis timide », « je suis grande gueule ».  Il nous faut « défaire ces traits de personnalité uniquement construits par notre éducation ».

Nous sommes un plein potentiel ! Nous sommes conscients à la base !

La personnalité, la non-estime de soi amène à faire de mauvais choix pour soi et à se faire tout petit, se cacher derrière quelqu’un ou des situations.

SENTIR : faire appel à nos sens : vue, toucher, odorat etc.. ; exemple : c’est chaud, c’est froid.

Cela permet d’être pragmatique sans rentrer dans de l’affect, dans l’émotivité.

RESSENTIR : parler de soi à travers une autre personne, une situation. Exemple : je ressens de la colère chez elle dû à un manque de place dans sa famille. Cette situation fait écho à ma propre histoire : je suis en compréhension.

Souvent les individus ne vont pas se servir de leurs ressentis pour se comprendre et avancer mais juste pour juger l’autre.

Comment revenir en conscience ?

Pour revenir en conscience, ne pas être prit dans une émotion par exemple, vous pouvez faire l’exercice suivant :

Respirez dans toutes les parties de votre corps et observer les endroits qui respirent moins bien: imaginez-vous arrivez auprès de votre cheval, avant même d’entrer dans votre habitude d’aller faire ce que vous avez l’habitude de faire posez-vous avec.

Prenez rendez-vous 5 minutes avec vous. Respirez et sentez les endroits qui sont « comme bloqués ».  

Observez et respirer profondément dans cette partie.

Au début vous serez peut-être « happé » par des pensées. Cet exercice est plus difficile qu’il n’y parait. Pas grave. Retournez-y tranquillement et observez.

Lorsque vous êtes à l’aise, essayez de le faire à cheval.

Et ensuite ?

Pour équilibrer tous vos corps, il est nécessaire d’agir sur votre état dans le présent. Comment ? En étant conscient de votre état, en présence avec vous-même.

Votre état présent est conditionné par votre passé.  De ce fait, vous déclencherez des émotions qui vont régir votre relation mais gardez en tête que ce ne sont en en aucun cas vos émotions qui font de vous ce que vous êtes !

Dans le prochain article, nous parlerons de l’impact de vos émotions sur votre corps physique.

En attendant, nous attendons vos retours et commentaires ! N’hésitez pas à poser des questions et partager avec nous, vos difficultés et vos réussites 😊

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La publication a un commentaire